Quelle tendance pour le marché des objets connectés en 2021 ?

Ils se nomment IOT (Internet of Things) ou Wearables en anglais, ou plus simplement objets connectés en Français. Défrayés et considérés comme anxiogènes depuis la sortie des premiers en la matière sur le marché il y a quelques années, les Français ont depuis, bien changé leur approche en la matière. Mais, comment se portera leur marché pour 2021, et quelles seront les grandes tendances ?

Le marché actuel des objets connectés

Comme le souligne JDN, le maché actuel est très varié et disparate. En effet, on peut trouver des objets connectés dans de nombreux domaines qui concernent notre vie :

  • Santé (bandeaux de sommeil, mesure et suivi glycémique…)
  • Loisirs (montres de sport connectées par exemple)
  • Maison (volets ou lumières intelligents)

Il semble que cela soit les objets connectés lié à la maison (domotique) qui tirent le marché vers le haut. L’impact du Covid-19 a été important en la matière, car, avec le confinement, les Français veulent se sentir bien dans leur lieu de vie, et n’hésitent plus à l’aménager d’une manière moderne. En conséquent, ces bijoux de technologie constituent une opportunité sans précédent pour pouvoir se cocooner davantage.

Sur ce segment en particulier, les chiffres donnent le vertige. En 2017, ce marché de la domotique représentait à lui seul plus de 5,2 millions d’objets connectés vendus à travers le monde.

Les fabricants rivalisent donc d’ingéniosité dans leur département de recherche et de développement pour proposer toujours plus d’innovation. Aujourd’hui, les Français en raffolent, car ils les trouvent pratiques, sécures, dotés d’une bonne autonomie, mais aussi et surtout compatibles et interactifs avec les célèbres assistants vocaux, comme Alexa.

Un peu noir au tableau des Français : la peur de la collecte de données

Dans un rapport publié le 6 mai 2019, la fédération Consumers International et l’Internet Society, on pouvait noter que 70% des Français interrogés avaient tout de même certaines craintes concernant la collecte et l’utilisation de leurs données personnelles par ces appareils modernes.

Un facteur qui, révèle l’étude, empêcherait de nombreux consommateurs de faire concrètement l’acquisition d’objets connectés.

Andrew Sullivan, président de l’Internet Society s’est d’ailleurs exprimé sur ce sujet, en déclarant : “Cette étude montre que les critères de sécurité et de confidentialité doivent être une priorité pour les fabricants et revendeurs. Il est essentiel que ceux-ci s’investissent davantage pour gagner la confiance des consommateurs”.

Et si 80% des utilisateurs de nouveaux objets connectés savent par exemple qu’il faut régulièrement changer de mot passe, seuls 68% savent qu’il faut faire des mises à jour de sécurité recommandées par les constructeurs.

Un aspect éducatif et « tutorial » devra encore probablement être donc fait par les fabricants, non seulement pour rassurer les consommateurs, mais aussi pour récupérer des parts de marchés latentes, existant à cause des personnes trop craintives en la matière.

Un marché qui devrait atteindre 240 millions de ventes en 2021

Le cabinet IDC prévoir que cette tendance devrait encore se poursuivre en 2021. Ce sont en effet près de 240 millions de ventes qui devraient être effectuées en 2021. Autant dire donc que les signaux sont positifs.

Les prévisions montrent que les stars des ventes resteront majoritairement les montres et bracelets connectés.

Parmi les étoiles montantes, les vêtements connectés devraient faire leur apparition. Google a récemment développé, en collaboration avec Jacquard, un sac à dos connecté ou que l’on peut piloter via son application.

En toile de fond, l’utilisation et le déploiement de l’intelligence artificielle permet également d’avoir à sa disposition quasiment immédiate des objets connectés capables de penser, et de conseiller des décisions à notre place.

Les villes elles aussi proposent des objets connectés pour ses citoyens

Parmi les nouvelles tendances à souligner pour 2021, les villes déploient de plus en plus d’objets et de services connectés pour ses citoyens. C’est le cas par exemple de la ville de Bordeaux, qui a lancé sa propre application baptisée « Bordeaux ma ville en poche » qui regroupe des informations pour toutes les activités sportives, culturelles, mais aussi des aspects plus pratiques, comme le paiement de places de parking, le signalement de dysfonctionnements ou encore la lecture de tags…

Dans de nombreuses villes, des projets sont encore à l’étude ou en phase de développement, et on peut espérer que 2021 sera une année décisive pour les applications connectées aux villes et à leurs concitoyens.

L’impact incontournable de la 5G sur le marché de l’IOT

Les experts « market » des objets connectés prévoient que le déploiement de la technologie 5G sur les réseaux devrait booster également les ventes de ces bijoux de technologie.39% des fabricants prévoient d’ailleurs que leurs nouveaux objets connectés prendront en charge cette technologie.

Elle les rendra sans aucun doute possible plus performant, plus souples d’utilisation, mais aussi et surtout plus autonomes.

De manière corollaire, la meilleure maîtrise de l’intelligence artificielle permettra de plus en plus de les doter de capacités d’auto-apprentissages. Si votre objet connecté commet une erreur au début que vous le posséder, son logiciel, boosté par l’IA, et le deep-learning, lui permettront d’identifier pleinement l’erreur, et de ne plus la reproduire lorsqu’une situation similaire se présentera à l’avenir.

Les récents ransomwares dont été victimes certaines sociétés d’objets connectés (comme Garmin dans le sport) devra en outre inciter les sociétés à revoir à la hausse leurs budgets dédiés à la sécurisation des micrologiciels qui les équipent, mais aussi à blinder les données de leurs utilisateurs qui sont stockées sur leurs serveurs, et qui sont la cible de nombreuses attaques de la part de nombreux hackeurs.

Tesla, qui embarque à son bord de nombreuses fonctionnalités connectées organise fréquemment des concours permettant aux hackers de trouver des failles dans ses systèmes. Ceux qui en trouvent se voient récompensés, car ils permettent à l’entreprise d’identifier des failles potentielles, et de les sécuriser rapidement.

Il n’en va sans doute que le marché de la sécurité informatique devrait avoir une croissance parallèle à celle des objets connectés. Le marché du stockage de données dans le cloud devrait également bénéficier de cette embellie. Il s’agit d’ailleurs d’un secteur hyper concurrentiel, où les concurrents rivalisent d’ingéniosité pour conquérir de nouvelles parts de marché.

Les objets connectés suivent donc les évolutions technologiques parallèles comme l’intelligence artificielle, et leur utilisation devient de plus en plus naturelle dans le quotidien de la majorité des Français.

Une tendance qui se poursuivra donc en 2021 d’après les études susmentionnées.

Vous en pensez quoi ?

5 / 5. 3

Commenter sur Gougoule

Please enter your comment!
Please enter your name here